La carpe japonaise colorée : Infos sur le koï

Le koï, carpe japonaise pour votre bassin extérieur

Quelle est la signification de la carpe japonaise ?

Les koïs sont souvent associés à la force de caractère, à la persévérance, à l’accomplissement et au courage. Ce poisson symbolise également la bonne fortune, le succès, la prospérité et l’ambition.

Grâce à leur longue histoire et à leur nature rustique, les koïs sont également associés à la longévité. En d’autres termes, les koïs représentent tout ce qui est positif. Les koïs de certaines couleurs ont leur propre symbolisme particulier.

Kohaku – un koi au corps blanc avec des taches rouges qui symbolise la réussite au travail.

Kumonryu – un koi au corps blanc et aux taches noires ou au corps entièrement noir qui symbolise les transformations de la vie.

Ogon – un koï de couleur argentée qui représente le succès dans les affaires et la richesse.

Kuchibeni – un koï à motifs blancs et rouges, avec du rouge autour de la bouche, qui symbolise l’amour et les relations durables.

Yamabuki – un koï de couleur or qui représente la richesse.

Les différents types de carpes japonaises

Kohaku

C’est la variété la plus populaire au Japon, le Kohaku est un koi blanc (shiro) avec des marques rouges (hi). Idéalement, les marques rouges doivent être d’une couleur profonde et d’une nuance uniforme avec les bords du motif bien définis.

On n’insistera jamais assez sur le fait que le blanc doit être d’un blanc pur et brillant et exempt de taches. En règle générale, les marques rouges doivent couvrir environ la moitié du corps mais peuvent être réparties de différentes manières.

Taisho Sanke

Plus communément appelé Sanke, ce sont des koïs tricolores avec des marques rouges et noires (sumi) sur un fond blanc.

Un bon Sanke doit avoir un fond blanc pur et des marques rouges et noires uniformes. Il ne doit pas y avoir de marques noires sur la tête. Le corps doit avoir de grandes marques rouges complétées par une distribution uniforme de petites marques noires.

Showa Sanshoku

Typiquement appelé Showa, ce sont les derniers des trois grandes variétés (Kohaku, Sanke, Showa). Les Showa sont des koïs tricolores : rouge, noir et blanc.

Les Showa sont similaires aux Sanke, mais ils ont des marques noires (sumi) qui s’étendent sous la ligne latérale et ont généralement des sumi sur la tête. Les Showa sont en fait des poissons noirs avec des marques rouges et blanches.

Les showa traditionnels ont le rouge comme couleur dominante avec le noir et le blanc en proportions égales, mais les showa modernes ont tendance à avoir plus de blanc.

Hikarimuji

Souvent appelés simplement Ogon, ce sont des koïs d’une seule couleur avec un éclat métallique. Cette variété comprend les koïs standards et les koïs sans écailles (Doitsu). Les couleurs les plus populaires sont l’ogon platine et l’ogon jaune (Yamabuki).

On trouve également les Matsuba Ogon, dont les écailles sont colorées en noir, ce qui donne au poisson un effet « pomme de pin ». Pour les nouveaux amateurs et les collectionneurs expérimentés, ces poissons sont souvent très attrayants car leurs couleurs vives sont très visibles dans le bassin.

Usturimono

La variété Utsurimono (Utsuri) est composée de 3 différents koi bicolores. Le Shiro Utsuri (noir et blanc) est le plus populaire, suivi du Hi Utsuri (rouge et noir) et du Ki Utsuri (jaune et noir).

Les Utsuri sont des poissons noirs dont la chair est soit rouge, soit blanche, soit jaune. Les Utsuri sont parfois confondus avec les Bekko, mais les Bekko n’ont généralement pas de sumi (noir) sur la tête ou sous la ligne latérale.

Asagi

Asagi et Shusui sont les deux koï qui ont une coloration bleue. Les Asagi sont entièrement écaillés, non métalliques, tandis que les Shusui ont une couleur similaire mais ils sont Doitsu (sans écailles, ou avec quelques rangées d’écailles agrandies).

Les Asagi ont généralement des écailles bleu pâle couvrant la moitié supérieure du corps, et rouge rouille en dessous. La tête est de préférence blanche mais tend parfois vers le gris.

Koromo

Koromo est une classe de koi qui comprend plusieurs variétés telles que Goromo & Goshiki, Koromo signifie littéralement « habillé » en japonais, ce qui fait référence aux écailles qui sont soulignées ou « habillées » d’une couleur plus sombre.

Le plus populaire est le Goromo Ai qui ressemble à un Kohaku, mais les écailles rouges sont bordées de noir.

Tancho

Un Tancho classique est considéré comme un poisson blanc pur avec une marque rouge parfaitement ronde sur la tête, mais le Tancho Sanke et le Tancho Showa sont également inclus dans la classification.

Un motif rouge parfaitement rond est le plus recherché, mais toute forme symétrique telle qu’une fleur ou un cœur est également acceptable. Le motif idéal doit être confiné à la tête et ne doit pas toucher ou s’étendre sur les yeux, les lèvres, les joues ou les épaules.

Sa position doit être en parfait équilibre avec la tête.

Bekko

Les Bekko sont similaires aux Utsuri en ce sens qu’ils sont des koïs bicolores et qu’il existe 3 couleurs dans la variété, Shiro Bekko (blanc et noir), Aka Bekko (rouge et noir) et Ki Bekko (jaune et noir). Ils diffèrent des Utsuri car ils n’ont généralement pas de sumi (noir) sur la tête ou sous la ligne latérale.

Hikari Moyomono

Les Hikari Mono sont des koïs métalliques avec plus d’une couleur qui n’entrent dans aucune autre catégorie. Ils attirent immédiatement l’attention de quiconque les voit en raison de leur éclat métallique et de leur contraste de couleur.

Parmi les variétés les plus populaires, citons Hariwake, Kujaku, Yamatonishiki, Kikusui et Kikokuryu.

Kin-Gin-Rin

Le Kin-gin-rin ou communément appelé koi gin-rin est un koi dont les écailles brillent.

De nos jours, pratiquement toutes les variétés de koi sont disponibles avec des écailles gin-rin, comme les Showa, Kohaku, Chagoi, nous avons même vu certains Doitsu arriver dernièrement avec leurs écailles miroir/élargies avec gin-rin.

Shusui

Les Shusui sont similaires aux Asagi en termes de couleur, mais ils ont la caractéristique unique d’être Doitsu (sans écailles, ou avec quelques rangées d’écailles agrandies).

La coloration typique est un corps bleu pâle avec deux rangées de grandes écailles miroir bleu foncé le long de la nageoire dorsale, et une seule rangée le long de la ligne latérale. La moitié inférieure du corps est généralement rouge et la tête blanche.

Il existe des variations dans le Shusui comme le Hi Shusui dont le corps est entièrement ou principalement rouge, le Hana Shusui dont le blanc remplace le bleu sur la moitié supérieure du corps et aussi le Ki Shusui dans lequel le jaune remplace le bleu et le rouge sur le corps.

Kawarimono

Kawarimono est essentiellement une classe fourre-tout pour les koïs non métalliques qui ne peuvent être classés dans aucune autre classe.

Kawarimono inclut les koïs doitsu ainsi que les koïs gin-rin (écailles réfléchissantes).

Quelques variétés communes sont Benigoi (orange uni), Kigoi (jaune uni – non métallique), Karasu (noir ou noir et blanc) Chagoi (variations de brun), Soragoi (gris) et Ochiba (motif brun et gris).

Comment reconnaître une vraie carpe koï ?

Forme du corps

L’un des principaux éléments qui permettent de distinguer la carpe du koi est la forme de son corps. En fait, les deux espèces sont assez différentes en termes de forme générale.

La carpe, par exemple, a un corps un peu plus comprimé et plus grand (pas plus long) que le koi moyen. Une grande partie de la croissance de la carpe se situe au niveau de la partie centrale du corps, tandis que le poisson koi grandit généralement un peu plus.

Grâce à une reproduction sélective, le poisson koi a développé une forme de corps presque semblable à celle d’une torpille, avec une tête et une queue étroites et un corps plus épais.

Couleur

Tout comme la forme de leur corps, la différence la plus importante et la plus évidente entre la carpe et le koi réside dans leur couleur.

La carpe a tendance à avoir une couleur plus neutre et plus foncée. Elles ont tendance à avoir une couleur dorée ou brun foncé qui commence à s’estomper en un ton plus clair vers leur ventre et leurs nageoires.

Les poissons koï, quant à eux, sont vifs et brillants et se déclinent dans une large gamme de motifs et de couleurs. Vous avez sans doute déjà vu des poissons koï en jaune, rouge, orange, bleu, noir et blanc, entre autres couleurs.

C’est en partie pour cette raison qu’ils sont si populaires dans de nombreux aquariums domestiques.

Leurs couleurs vibrantes en font une merveilleuse addition décorative, devenant un ajout remarquable à tout aquarium domestique. C’est aussi en partie la raison pour laquelle ils ont tendance à être un peu plus chers que leurs homologues carpes.

Nageoires

L’une des différences les plus marquantes entre la carpe commune et le poisson koi réside dans leurs nageoires. Pour un œil non averti, ce n’est peut-être pas la première chose qui saute aux yeux à propos de ces deux poissons, mais cela peut être un signe aussi révélateur que tout autre.

La carpe a une nageoire dorsale allongée et une épine séparée dans chacune de ses nageoires. Cela ne se remarque pas forcément, mais c’est une différence majeure par rapport aux koïs qui perdent ces épines.

C’est ce qui donne à leurs nageoires un aspect presque majestueux et fluide, en particulier chez les koïs papillons.

La carpe a tendance à avoir l’air un peu plus « basique » à tous égards, alors que le koï est plus vivant, fluide et unique.

Écailles

La dernière grande différence entre les deux poissons réside dans les écailles. Les carpes et les koïs sont entièrement dépourvus d’écailles – on parle alors de carpes en cuir ou de koïs en cuir.

Lorsqu’elles sont présentes, les écailles de la carpe koï sont plus incurvées, régulières et beaucoup plus petites que celles de la carpe traditionnelle.

Leurs écailles sont également beaucoup plus brillantes et plus attrayantes que celles de la carpe traditionnelle. C’est pourquoi il n’est pas rare de voir des koïs dans des bassins et des aquariums dans un cadre décoratif.

Les koïs sont aussi naturellement sensibles aux prédateurs. Avec leurs belles couleurs vives, il leur est difficile d’éviter leurs proies. Leurs nageoires, bien que belles et fluides, en font des nageurs nettement plus faibles que les carpes.

De plus, leurs écailles courbées et plus petites ne leur confèrent pas la même protection que celles de la carpe. C’est en partie pour cette raison qu’ils sont si abondamment disponibles de manière décorative.

La dernière grande différence entre eux est l’habitat qu’ils occupent. La carpe est un type de poisson plus rustique qui peut être trouvé à peu près partout dans le monde.

Les koïs ont tendance à s’épanouir davantage dans les étangs qui ont été soigneusement conçus pour les mettre en valeur plutôt que dans l’eau libre.

Quelle taille peut atteindre un koï ?

Les koïs sont assez grands et, avec des soins appropriés, ils peuvent atteindre une longueur de 60 à 90 centimètres.

Les koïs de la variété Chagoi sont encore plus grands jusqu’à 1,5 m de long dans certains cas. Les jeunes carpes koï peuvent être conservées dans de grands aquariums d’intérieur, mais doivent être transférées dans un grand bassin lorsqu’elles grandissent.

C’est un poisson au corps lourd, dont le poids moyen est d’environ 10 kg. Comme il s’agit d’un poisson très gros, les bassins de koi doivent être grands. Une bonne règle générale est qu’un bassin doit contenir entre 30 et 40 mètre cube d’eau.

Pour prospérer, les koïs ont besoin d’une eau propre et de haute qualité dans leur bassin (ce qui peut être obtenu en utilisant un système de filtration conçu pour les bassins extérieurs). Lorsqu’il est correctement élevé et soigné, un poisson koï peut vivre jusqu’à 20 ans, parfois plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.