durée de vie carpe koi

Quelle est la durée d’une carpe koi ?

Les koïs sont des carpes qui étaient à l’origine utilisées comme source de nourriture en Asie orientale, mais les riziculteurs japonais ont commencé à les élever pour faire ressortir leurs couleurs vives au début des années 1800.

Un siècle plus tard, les carpes koï ornementales sont devenues un phénomène mondial lorsqu’elles ont été offertes à l’empereur Hirohito en 1914.

Les koïs sont maintenant populaires auprès des amateurs et des gardiens de bassins, non seulement pour leur beauté, mais aussi pour leur durabilité lorsqu’ils bénéficient de conditions appropriées.

En fait, les koïs sont si durables que le koï le plus longtemps vivant est un poisson nommé Hanako, qui est mort en 1977 à l’âge stupéfiant de 226 ans. L’âge d’Hanako a été confirmé par l’analyse de ses écailles, qui indiquent l’âge comme le font les anneaux d’un arbre. Hanako était un cas extrême, et la plupart des koïs d’ornement ne vivent pas aussi longtemps.

La durée de vie typique d’un koï d’ornement en bassin est d’environ 30 à 40 ans, mais cela peut varier considérablement en fonction de la génétique et de la qualité des soins.

Avec de très bons soins et une bonne génétique (lignées), les koïs peuvent vivre jusqu’à plus de 100 ans – et même survivre à leur propriétaire !

Si les soins sont très mauvais, les koïs peuvent même ne pas vivre jusqu’à 10 ans. Même si la génétique joue certainement un rôle majeur dans la durée de vie d’une carpe koï, la qualité des soins, de la nutrition et de l’entretien du bassin est un aspect tout aussi important, sinon plus, pour prolonger la vie totale de vos poissons dans les bassins de jardin.

Quand les koïs se reproduisent-ils, pondent-ils des œufs et deviennent-ils matures ?

L’âge idéal pour le frai se situe entre trois et six ans. Les carpes koï peuvent certainement pondre avant et après cette période, mais les koï de cet âge sont généralement plus fertiles et peuvent mieux gérer un événement de reproduction agressif et potentiellement dommageable.

Les carpes koï mettent quelques années à atteindre leur pleine maturité et, pendant cette période, leurs couleurs et leurs motifs peuvent changer.

Pendant la saison du frai, les carpes koï femelles libèrent des milliers d’œufs en même temps, qu’un ou plusieurs carpes koï mâles fécondent ensuite.

Dans la semaine qui suit la ponte, de petits alevins (bébés) éclosent des œufs fécondés. Ces petits poissons commencent à nager deux ou trois jours après l’éclosion.

Les alevins commencent à montrer leurs couleurs ornementales environ un mois après l’éclosion, mais les couleurs et les motifs changeront au fur et à mesure que le koi vieillira et deviendra adulte.

Les chromatophores, cellules contenant des pigments, s’étendent sur le corps du koï au fur et à mesure de sa croissance, ce qui signifie que les couleurs peuvent devenir plus pâles, ou les motifs plus fragmentés.

Pour cette raison, un poisson d’un an peut avoir une coloration plus impressionnante qu’un poisson adulte ; cependant, cette couleur changera lorsque le poisson deviendra adulte.

C’est pourquoi de nombreux éleveurs de koïs vous recommanderont d’acheter des koïs plus âgés si vous recherchez une couleur ou un motif spécifique, car les jeunes koïs sont susceptibles de changer au fur et à mesure de leur croissance.

Toutes les espèces de carpes ont-elles la même durée de vie ?

Les carpes vivent beaucoup moins longtemps à l’état sauvage que les koïs domestiques dans les étangs.
Les carpes koï ont tendance à être élevées pour leur coloration et leurs motifs, de sorte que les différentes races de carpes koï peuvent avoir des ornements très différents, mais pas nécessairement des durées de vie différentes.

Il est difficile pour les éleveurs de produire des poissons en pensant à leur longévité, car le moment optimal pour le frai est lorsqu’un koï a entre trois et six ans, bien avant que l’on sache combien de temps il vivra.

Des koïs d’ornement ont été relâchés dans le monde entier, y compris en Nouvelle-Zélande où des chercheurs ont constaté que les populations sauvages de mâles et de femelles vivaient rarement au-delà de huit et douze ans respectivement.

En l’absence de soins appropriés, les carpes koï d’ornement ne survivent pas aussi longtemps, ce qui suggère que les propriétaires de bassins peuvent avoir un impact significatif sur la durée de vie de leurs poissons.

La carpe commune, un proche parent du koi d’ornement, vit de 15 à 20 ans à l’état sauvage, mais on sait qu’elle peut atteindre 47 ans en captivité.

La génétique est le principal facteur contribuant à l’âge d’un poisson ; après tout, peu importe les soins apportés à un koi d’ornement, il ne vivra pas éternellement.

Cependant, il est clair que des soins appropriés, y compris la qualité de l’eau, la nutrition et la sécurité, peuvent avoir un impact considérable sur la longévité des koïs.

Comment améliorer la durée de vie de la carpe koï ?

Une eau de bonne qualité

La bonne qualité de l’eau est essentielle à la santé des carpes koï, les débris, les déchets et le manque de filtration étant les principales causes des conditions de mauvaise qualité.

La durée de vie des carpes koï, tout comme leur taille et leur couleur, est fortement influencée par la génétique.

Malgré cela, des soins appropriés peuvent certainement aider une carpe koï à vivre aussi longtemps que possible.

La première étape pour s’assurer que les koïs sont en bonne santé et vivent longtemps est de leur fournir une eau de haute qualité. Un bassin à carpes koï doit être maintenu à un pH stable de sept à huit, car les variations rapides de pH sont très dangereuses pour les carpes koï et les poissons rouges. Les gardiens de bassin doivent surveiller les niveaux d’ammoniac et de nitrate dans l’eau, qui sont des facteurs clés du cycle de l’azote, à l’aide d’un kit d’analyse de la qualité de l’eau

Le cycle de l’azote commence avec les déchets des poissons, la nourriture non consommée et les débris végétaux en décomposition, qui libèrent tous un produit chimique toxique, l’ammoniac.

Heureusement, l’oxygène et les bactéries décomposent l’ammoniac en nitrite, un produit chimique moins toxique mais toujours indésirable, qui est finalement décomposé à nouveau en nitrate.

Les nitrates sont essentiellement inoffensifs pour les koïs, mais les niveaux d’ammoniac et de nitrites doivent être maintenus aussi proches de zéro que possible. Les méthodes pour minimiser l’ammoniaque et les nitrites dans un bassin comprennent l’introduction lente de nouveaux poissons, l’élimination des organismes morts, l’absence de suralimentation et l’utilisation de filtres appropriés.

Une bonne filtration de l’eau (boîte filtrante)

Il existe deux types de filtration de l’eau : mécanique et biologique.

Les masses filtrantes mécaniques (éponges, mousse, etc.) retirent les débris de l’eau et les masses filtrantes biologiques (billes, anneaux, etc.) abritent des millions de bactéries bénéfiques qui réduisent les niveaux d’ammoniac et de nitrate.

L’utilisation d’une combinaison de ces deux types de filtration est importante pour garder une eau propre et sûre pour les carpes koï. La filtration biologique et la filtration mécanique font partie de l’équipement standard de presque tous les boîtiers et systèmes de filtration, mais la qualité peut varier en fonction du média filtrant et de la conception du produit.

Les détenteurs de bassins doivent également nettoyer à fond le bassin lui-même au moins une fois par an pour éviter une accumulation de déchets que les filtres ne peuvent pas traiter seuls.

En plus du nettoyage et de l’entretien, il existe également de nombreuses façons simples d’optimiser la filtration pour la rendre plus efficace !

Température et environnement stables

En général, un grand bassin d’au moins un mètre de profondeur est le meilleur pour les koïs, car il offre l’environnement le plus isolé et le plus stable.

Une eau trop chaude est stressante pour les carpes koï, elle est moins oxygénée et favorise une croissance bactérienne indésirable. Les carpes koï fonctionnent mieux dans une eau maintenue entre 18 et 23 degrés, et auront du mal dans une eau beaucoup plus chaude.

Pour éviter la surchauffe, vous devez prévoir une couverture d’ombre sous forme d’auvents ou de plantes.

L’aération du bassin à carpes koï à l’aide d’une cascade, d’un barboteur ou d’une fontaine peut également contribuer à garder l’eau plus fraîche et les poissons plus à l’aise, car l’eau plus chaude contient moins d’oxygène dont les poissons ont besoin pour survivre.

Les carpes koï sont adaptées pour survivre aux hivers dans des étangs gelés si nécessaire, mais une certaine préparation est nécessaire pour nettoyer l’étang avant qu’il ne gèle, et vous devez fournir une oxygénation par un trou dans la glace une fois qu’elle a gelé.

Certaines personnes peuvent choisir à la place de garder l’eau chaude pendant les mois frais avec un chauffage.

Nutrition de haute qualité (alimentation)

Une bonne alimentation tout au long de la vie d’un koï d’ornement est un moyen important d’améliorer sa durée de vie. Une bonne nourriture pour koi contient les quantités appropriées de protéines, d’acides aminés essentiels, de glucides, de lipides, de vitamines et de minéraux.

Les carpes koï ont besoin de plus de nourriture lorsque la température de l’eau augmente, et moins lorsqu’elle est plus fraîche. En fait, les carpes koï n’ont pas besoin de manger du tout lorsque la température de l’eau est inférieure à 50 degrés Fahrenheit, car leur métabolisme ralentit considérablement.

Par temps chaud, il faut nourrir les koïs deux ou trois fois par jour et leur donner autant de nourriture qu’ils peuvent en finir en quelques minutes.

Il est important d’éviter de suralimenter les koïs, car cela peut entraîner des problèmes médicaux pour les poissons et créer de l’ammoniac dans l’eau.

Protection contre les prédateurs

Parce que les koïs sont colorés et confinés, ils peuvent devenir une cible facile pour les prédateurs. Les chats, les oiseaux, les opossums et une foule d’autres animaux peuvent trouver les bassins de carpes koï tentants et peuvent écourter la vie des carpes koï ornementales.

Il est essentiel de protéger les carpes koï des prédateurs pour leur assurer une longue vie.

Pour cela, il faut leur fournir des cachettes, installer des dispositifs de dissuasion à détection de mouvement tels que des arroseurs et recouvrir le bassin d’un filet.

Les koïs peuvent également se mettre en danger les uns les autres. Par exemple, le frai peut être dommageable pour les koïs femelles, car les mâles deviennent agressifs pendant l’accouplement.

Des blessures telles que la perte d’écailles peuvent rendre les koïs sensibles aux maladies et aux parasites, et peuvent facilement réduire leur durée de vie.

Certains éleveurs professionnels de koi choisissent de fertiliser les œufs dans un environnement plus contrôlé et isolé plutôt que de risquer de blesser leurs poissons pendant le frai en groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.